background
4.3/6

L'Empire de l'or rouge

Que mange-t-on quand on ouvre une boîte de concentré, verse du ketchup dans son assiette ou entame une pizza ? Des tomates d’industrie. Transformées en usine, conditionnées en barils de concentré, elles circulent d’un continent à l’autre. Toute l’humanité en consomme, pourtant personne n’en a vu. Où, comment et par qui ces tomates sont-elles cultivées et récoltées ?Durant deux ans, des confins de la Chine à l’Italie, de la Californie au Ghana, Jean-Baptiste Malet a mené une enquête inédite et originale. Il a rencontré traders, cueilleurs, entrepreneurs, paysans, généticiens, fabricants de machine, et même un « général » chinois. Des ghettos où la main-d’œuvre des récoltes est engagée parmi les migrants aux conserveries qui coupent du concentré incomestible avec des additifs suspects, il a remonté une filière opaque et très lucrative, qui attise les convoitises : les mafias s’intéressent aussi à la sauce tomate.L’Empire de l’or rouge nous raconte le capitalisme mondialisé. Il est le roman d’une marchandise universelle.

Ce film existe en deux versions: Anglais avec sous-titres allemands ou italien (54 min) et Français (70 min). Sous le titre "Rotes Gold - das Geheimnisse der Tomatenindustrie", il existe une version TV supplémentaire de 45 minutes de 3SAT (audio: allemand).

Ce film est très pétillant, perspicace, approprié et très surprenant sur le thème de "Alimentation globale".

Le film présente des points de vue inédits et intéressants sur la production mondiale de tomates, mais manque d'exemples positifs de solutions à ce problème. Le film ne met pas l'accent sur la beauté de la nature mais couvre plutôt la domination de l'homme sur une plante en particulier. Elle est pertinente pour le débat sur l'agriculture et la mondialisation.

Les faits dans le film sont présentés objectivement et, dans une certaine mesure, ce film présente des perspectives contrastées et complètes. La ligne d'argumentation est soutenue par des figures faciles à saisir. Le film éveille le sens des responsabilités envers soi-même et les autres et éveille l'appréciation des autres êtres vivants.

Le film est intellectuellement stimulant et le spectateur a une compréhension claire de l'évolution des arguments. La séquence est adaptée au sujet et ce film a des scènes uniques. La caméra travaille et coupe est au-dessus de la moyenne et la musique est bonne.

Réalisation: Jean-Baptiste Malet, Xavier Deleu
Production: Little Big Story
Acteurs: Liu Yu, Wang Bo, Yu Tianchi, Quentin Skrabec, Silvestro Pieracci, Marc Grossman, Chris Rufer, Ma Zhenyong
 
Année: 2017
Durée: 54 min
Notre recommandation d'âge: 16
Langue (audio): français, anglais
Langue (sous-titres): allemand
Pays d'origine: France
Lieux de tournage: Canada, France, Chine, Italie, États-Unis, Ghana
 
Droits de diffusion: Filme für die Erde (Suisse, Allemagne, Autriche, Liechtenstein)

Vous pouvez également visionner le film contre paiement à l'adresse suivante:

Autres critiques

Tags

Sujet principal: Alimentation globale
Sujets secondaires: afrique efficience globalisation agriculture intensive migration
Mentions: Tomates Heinz Nestlé Unilever Pittsburg Ketchup Morgenstern système d'automatisation libre-échange Route de la soie concentré soja maltose amidon droits de l'homme esclavage local global
Page(s) thématique(s): Alimentation globale Les films en nomination pour les Festivals de la Terre. Films donnés

Évaluation

Évaluation globale

Contenu

Distraction

scientificité + qualité journalistique

Transfert de momentum

Photos, musique, artisanat


Organiser une projection

Films conseillés

Autres films