background
3.3/6

Grit

Quand Dian avait six ans, elle a entendu un grondement profond et s'est retournée quand elle a vu un tsunami de boue plonger vers son village. Sa mère l'a attrapée pour la sauver de la boue bouillante. Ses voisins ont aussi fui pour sauver sa vie. Seize villages, dont celui de Dian, ont été anéantis, ensevelis à jamais sous des tonnes de boue.

Dix ans plus tard, 60 000 personnes ont été déplacées de la zone industrielle et résidentielle autrefois florissante de l'est de Java. Des dizaines d'usines, d'écoles et de mosquées sont complètement ensevelies sous un paysage lunaire de boue et de sable. La cause ? Lapindo, une société indonésienne qui a foré du gaz naturel en 2006, a déclenché un violent et imparable courant de boue chaude des profondeurs de la terre. On estime que l'écoulement de boue ne s'assèchera que dans une autre décennie.

Tourné en six ans, "Grit" montre la transformation de Dian d'une jeune fille en une adolescente politiquement active alors qu'elle et sa mère lancent une campagne de résistance contre l'entreprise de forage.

"Grit" a reçu des réactions mitigées de la part de notre jury. Le film montre de manière très vivante les conséquences d'une catastrophe locale, sans les replacer dans un contexte global, bien que le phénomène sous-jacent des entreprises et des politiciens qui se soustraient à leur responsabilité soit omniprésent. Les cinéastes peuvent vouloir cette vision quelque peu isolée afin de mettre en valeur l'histoire personnelle de leurs protagonistes, mais elle ne contribue pas à l'implication du public.

Le film est stimulant et avec ses images impressionnantes, il est visuellement très bien fait. En ce qui concerne la performance journalistique, il devient clair que le film veut plaire au spectateur sur le plan émotionnel. Il n'y a pratiquement pas d'analyses substantielles ou de faits scientifiques à trouver.

"Grit" est émouvant et éveille l'empathie, mais ne parvient que dans une mesure limitée à encourager le spectateur à s'impliquer davantage et est globalement plutôt oppressant. A la fin, des nombreuses questions restent sans réponse.

Réalisation: Sasha Friedlander, Cynthia Wade
Scénario: Sasha Friedlander, Cynthia Wade
Production: Sasha Friedlander, Cynthia Wade, Tracie Holder, Matthew Syrett
Musique: Max Avery Lichtenstein
Acteurs: Dian Karina Maharani, Harwati Maharani, Aburizal Bakrie, Dadang Christanto, Agoes Soegianto
 
Année: 2018
Durée: 81 min
Format de photo: 16:9
Notre recommandation d'âge: 14
Langue (audio): Indonésien
Langue (sous-titres): anglais
Pays d'origine: Danemark, Indonésie, États-Unis
Lieux de tournage: Indonésie
 
Droits de diffusion: Journeyman Pictures ()
  • Ce film peut être visionné contre paiement en haut.

Vous pouvez également visionner le film contre paiement à l'adresse suivante:

Autres critiques

Tags

Sujet principal: L'Homme comme potentiel
Sujets secondaires: combustibles fossiles courage activisme
Mentions: Indonésie Sidoarjo Java boue boue gaz tourisme catastrophe activisme Lapindo forage politique protestations
Page(s) thématique(s): L'Homme comme potentiel

Évaluation

Évaluation globale

Contenu

Distraction

scientificité + qualité journalistique

Transfert de momentum

Photos, musique, artisanat


Organiser une projection

Films conseillés

Autres films