background
3.7/6

À la recherche du lieu le plus sûr de la Terre

Voyage au bout d’un cauchemar collectif

Au cours des soixante dernières années se sont accumulées au total sur Terre plus de 350 000 tonnes de déchets hautement radioactifs. Ceux-ci doivent être enfouis pour des milliers d’années dans un lieu sûr, c’est-à-dire hors de contact avec l’être humain et la biosphère. Cependant, non seulement aucune aire de stockage définitif n’a été déterminée, mais la production de déchets se poursuit sans faiblir. Le physicien nucléaire expert en stockage définitif Charles McCombie, établi Suisse, cherche à résoudre ce redoutable problème. Ainsi, le réalisateur Edgar Hagen suit ce scientifique de renommée internationale ainsi que certains de ses plus importants compagnons de route dans leur inlassable quête du lieu le plus sûr de la Terre.

Cette recherche s’étend au monde entier, sous ses latitudes les plus diverses : l’équipe du film se rend dans des régions densément peuplées de Suisse, auprès d’une famille nomade dans la partie chinoise du désert de Gobi, sur les hauts d’une montagne sacrée située dans une réserve indienne polluée par l’industrie nucléaire et aux côtés de manifestants dans la forêt de Gorleben en Allemagne. Elle est également témoin de l’arrivée secrète d’un cargo de déchets nucléaires sur les côtes japonaises et observe des bénévoles dans leur collecte de déchets atomiques en Grande-Bretagne. Dans tous ces lieux, la raison, l’éthique de la science et la démocratie sont mises à l’épreuve par des contraintes matérielles, des stratégies et des craintes, au profit de nouvelles options attrayantes. Ainsi, au Nouveau-Mexique, un maire veut, en échange d’une grande somme d’argent, faire enfouir les substances les plus dangereuses sous sa commune. De même, dans une steppe de l’Ouest australien, une étendue interminable a été repérée pour stocker sous sa surface les déchets hautement radioactifs du monde entier. Le film d’Edgar Hagen soulève de nombreuses questions sur nos actions présentes et notre responsabilité vis-à-vis des générations futures. En effet, devons-nous et avons-nous le droit, sous couvert de nécessité, d’aller à l’encontre de la volonté des citoyens en leur imposant de tels projets ?

À la recherche du lieu le plus sûr de la Terre mène le spectateur jusqu’au bout du monde et souligne un problème litigieux pour lequel aucune solution simple ne se profile. Cette quête du lieu le plus sûr de la Terre ébranle notre vision d’un monde et nous transporte là où le savoir et les responsabilités endossables par la société trouvent leurs limites.

Selon le réalisateur Edgar Hagen

Depuis 1956, soit les débuts du nucléaire civil, un dilemme se pose : nous produisons une « énergie propre », mais qui engendre les déchets les plus dangereux qui soient. Ces déchets radioactifs à haute activité et à vie longue nous menaceront pendant des centaines de milliers d’années. En ce moment, on compte à travers le globe 350 000 tonnes de déchets nucléaires, auxquelles s’ajoutent chaque année 10 000 tonnes supplémentaires. Partout dans le monde, ces déchets sont stockés provisoirement dans les bassins de refroidissement des sites nucléaires et dans des dépôts intermédiaires. La Terre serait plongée dans un chaos inimaginable, si tout à coup une réaction en chaîne incontrôlée, comparable à celle de la bombe atomique, se déclenchait. La catastrophe nucléaire de Fukushima, en mars 2011, n’était qu’un aperçu de l’ampleur du danger qui plane sur nous.

Dans tous les pays producteurs d’énergie atomique, la stratégie politique adoptée actuellement pour résoudre ce dilemme consiste en un point : trouver un lieu convenant au stockage final. Un lieu qui permettrait de conjurer le danger du nucléaire pour toutes les générations futures. Un tel endroit ne peut être que « le lieu le plus sûr de la Terre ». Depuis des décennies, il est l’objet de recherches scientifiques et de prospections aux quatre coins du monde. Toutefois, des lieux potentiels sont constamment écartés.

Avec ce film, j’entreprends une quête complexe : celle du lieu le plus sûr au monde. Au centre de ce documentaire, il y a ces femmes et ces hommes (leurs efforts, leurs peines, leurs combats, leur espoir, leurs échecs) qui veulent résoudre le problème du stockage des déchets nucléaires en notre nom à tous. Fort de son optimisme sans borne, le protagoniste Charles McCombie s’engage, depuis trente-cinq ans, en première de ligne de cette recherche mondiale de l’endroit convenant le mieux au dépôt final de ces déchets. McCombie, qui ouvre à l’équipe du film un accès exclusif à des sites fermés au public, rencontre sur sa route des alliés, mais aussi de fervents adversaires.

Il s’agit d’un voyage vers le fondement d’un mécanisme de refoulement collectif. Bien que les recherches d’un lieu propice au stockage définitif durent depuis des décennies et n’ont encore jamais porté leurs fruits, la production de déchets nucléaires hautement radioactifs se poursuit sans faiblir. Il prédomine une idée presque religieuse, selon laquelle tout s’arrangera à l’avenir. Or, encore aujourd’hui, des matières radioactives doivent, par mesure de sécurité, être enfouies provisoirement, et ceci ne fait qu’encourager le refoulement du problème. Ce stockage s’effectue sur des sites rendus tabous, loin des yeux du monde, que nous n’avons pu entrevoir que sous de strictes conditions. Obtenir nos propres images de ce qui nous menace a été l’une des entreprises les plus difficiles de ce voyage. En effet, nous avons lutté avec acharnement pour voir ces déchets de nos propres yeux. Dans cette bataille, j’ai pris davantage conscience qu’il n’est possible de trouver le lieu le plus sûr de la Terre que là où, par la force d’un collectif, nous réussissons à résister à la pression exercée par les très fortes contraintes matérielles et économiques, à nous libérer des croyances et à ne pas prendre hâtivement la moindre affirmation pour la dernière vérité scientifique.

À travers ce film, il s’agit de partir en quête de réponse jusqu’au bout du monde.

Réalisation: Edgar Hagen
Scénario: Edgar Hagen
Production: Mira Film GmbH, Schweizerische Radio- und Fernsehgesellschaft SRG SSR, Hercli Bundi
Musique: Tomek Kolczynski
Acteurs: Charles McCombie, Marcos Buser, Gregg Butler, Neil Patterson, Bruce McKirdy, Russell Jim, Steve Frishman, Ian Zabarte, David Pentz, Wendell Weart, Bob Forrest, Wolfgang Ehmke, Jacob Spangenberg, Marie Berggren, Johan Swahn, Ju Wang, Ba Gen Na
 
Année: 2013
Durée: 111 min
Notre recommandation d'âge: 14
Langue (audio): japonais, allemand, anglais, chinois
Langue (sous-titres): allemand, français, anglais
Pays d'origine: Suisse
Lieux de tournage: Suisse, Allemagne, Autriche, Chine, Japon, Australie, États-Unis, Suède, Royaume-Uni
 
Droits de diffusion: Autlook Film Sales () | LookNow! (Suisse) | Thimfilm (Autriche) | W-Film (Allemagne)

Autres critiques

Tags

Sujet principal: Énergie
Sujets secondaires: énergie atomique externisalisation
Mentions: atomique nucléaire radioactivité déchets radioactifs déchets nucléaires déchets atomiques élimination des déchets nucléaires NAGRA
Page(s) thématique(s): Énergie

Évaluation

Évaluation globale

Contenu

Distraction

scientificité + qualité journalistique

Transfert de momentum

Photos, musique, artisanat


Organiser une projection

Films conseillés

Autres films